Le "Château du Biron"

Le château et le village de Guerfand occupent une petite clairière de défrichement au cœur de la foret de Montcoy. Le château de Guerfand, actuellement en bois, est composé d'une énorme motte ronde, large de 60 m à la base et 40 au sommet, de plus de 10 m de haut, entourée de fossés abrupts et de levées externe, et d'une basse cour ovale, au nord, de 90 x 100 m, également entourée de levées et de fossés profonds et abrupt, larges d'une dizaine de mètres. Un rempart de terre circonscrit le sommet de la motte. Une interruption dans cette levée de terre, au nord du tertre, d'une largeur de 3 m, évoque sans doute l'accès originel à la plateforme. Symétriquement, nous observons une interruption analogue, dans la partie sud de rempart de terre ceignant l'enclos. La levée de terre au sommet du tertre mesure 6 à 7 m de large et 1,50 m de haut, est également interrompue au sud par une échancrure large de 3 m, matérialisant peut-être un second accès. Le sommet du tertre présente une excavation de 7 m de diamètre, qui est sans doute le vestige d'un bâtiment effondré. Un autre rempart de terre extérieur au fossé mesure à sa base 6,50 m de large et 1 m de haut. Il en ceinture tout le périmètre. Il est interrompu à l'est, sur une largeur de 3 m. Le comblement du fossé à cet endroit permet la jonction entre le rempart de terre extérieur et la levée de terre intérieure de l'enclos. L'enclos de la basse-cour est de forme barlongue d'environ 125 m de long et 80 m de large. Le terrain à l'intérieur, surélevé par rapport au sol environnant, est légèrement en pente. Cette basse cour se déploie au nord du tertre. Elle est intégralement délimitée par un rempart de terre de 7 m de large et de 2 m de haut et par un fossé à sec qui rejoint celui de séparation est-ouest du tertre. Au nord de l'enclos, une percée large de 6 m dans la levée de terre indique probablement son accès.

biron1

 

biron2


biron3

biron4

biron5

biron7

La motte lors de la dernière coupe de bois:biron6


biron8

biron9

biron10

biron11

biron12

ADCO, B 10479 ; Peincedé, t. X, p. 23 ; Rigault, 2008, p. 51
1272 — Lettre de Guy, seigneur de Verdun, chevalier, qui confesse tenir en fief le château de Verdun et le chateau et toute la châtellenie de Guerfand qu'il tient du Duc. Il prend en fief dudit duc tout ce qui lui appartient en sa maison forte de la Barre et dans les villes de la Barre et de Sonières, et dans tous ses bois de Charné, et dans les villes de Ciez, de Connot, de melle et de Broingné et en tous les finages et territoire desdites villes et tout ce qu'il a en la Barre de Soonières jusqu'aux bordes de Verdun sans rien excepté, excepté le bourg de Verdun et les villes et dépendances des Bordes et de Sarmece.

ADCO, B 11703 ; Peincedé, t. II, p. 545
1350 — Copie de certaines lettres de partage entre Jeanne de Montagu, dame de Villey-sur-Sone d'une part et dame Isabelle de Montagu, sa soeur, et femme de Robert Damas, chevalier, seigneur de Marcilly, par lequel partage il est echu à ladite Jeanne une certaine maison située à Chalon appellée communément la maison de Montagne près de l'église St Georges et le plastre de Vellergeau avec toutes ses dépendances tant en cens, rentes, fiefs, rierefiefs que d'autres droits avec le droit de conférence, une prébende en ladite église de St George; Plus tout le droit que lesdites soeurs pouvoient avoir en la terre de Demigny, et est échu à ladite Isabelle femme Damas la moitié du chatel de Guierfand et de ses dépendances.

B.N., coll. Bourgogne, t. 97, p. 682 ; Petit, t. IX, p. 456, n° 9496.
1361, 11 décembre — Le conseil ducal, au nom du roi, notifie l'accord passé entre Eudes de Verdun, d'une part, Jean et Hugues de Sainte-Croix d'autre part, au sujet du château de Guierfand, dont la moitié appartenait au feu duc.

Plancher, III, pr., p. XIII, col.I ; Rigault, 2008, p.51
1364 — Castrum de Guierfans

Plancher, III, pr, p. XIII, col.
I ; Rigault 2008, p.364
1364 — In castro ... de Giverfans

COURTÉPÉE, III, 428.
1365 — Guierfans.
Eudes de Verdun vendit la moitié de cette terre au duc en 1365.

ADCO, B 10516 ; Peincedé, t. X, p. 53
1366, 12 octobre — Lettre de Jean de Sainte-Croix, sire de Savigny, chevalier, qui déclare et confesse tenir en fief du Duc la moitié du Chateau de Verdun. Item le chateau et toute la chatellenie de Guierfans, et tout ce qu'il peut avoir en la maison forte de la Barre, es ville de Siez, Chavort et Mellez et en tout leurs finages et tout ce qu'il a es rivieres de Doux et de Sône et tout ses étangs de Conot

ADCO, C 2137, f° 119
1559, 26 février — Procès verbal de Jean Peyrat, trésorier de France en la généralité de Bourgogne... Ledit Peyrat ayant recu lettres du Roi par lesquelles il paraissait que messire Antoine Druhot, sommelier de l'échançonnerie de bouche du Roi, ayant fait supplier ledit seigneur roi de l'accommoder des matériaux de la vielle tour de Guierfans, pour l'aider à bâtir une maison qu'il a auprès, qui fut ruinée es guerres anciennement courant du temps des anglois, quil est allé visiter ladite tour qui est assise assez loin du village du Guierfans, sur une pointe et "coupeau" fossoyé tout alentour garnis d'arbres et broussailles ainsi qu'en un lieu dudit chateau ou tous les arbres y sont grands et gros et ne sont les murailles faittes que de briques en plusieurs endroits entierement ruinés, et en aucun lieu de la hauteur dix pieds et d'épaisseur environ trois pieds ; lesdits carreau pourris et gatés sans aucun enseignement de chambre, ni batiments que ledit clos dans lequel sont crus et venus de grands arbres et buissons qui donne apparence d'une antique ruine et ne vaillent tant s'en faut la démolition..

Baveu s.d.
1562-1602 — Le château fut possédé par le maréchal Charles de Gontaud, duc de Biron, et il a été rasé en 1602 par les Suisses enrôlés dans l'Armée royale, ceci sur ordre du roi après exécution du maréchal.

Monnier 1856 ; Guillemin 1866 ; Rigault, 2008, p. 51 ; 
1602 — Sur un monticule on voit encore quelques ruines d'un ancien château fort qui fut possédé par Biron, et qui fut rasé, en 1602, après le supplice de cet infortuné maréchal.

COURTÉPÉE, III, 428.
1780 — On voit la place de l'ancien château sur l'éminence, avec des fossés profonds.

Annuaire 1836, p. 194.
1836 — Ruines d'un château fort qui appartenait au maréchal de Biron. Il était situé sur une petite éminence et entouré de fossés qui sont encore très profonds.

Annuaire 1839, p. 240.
1839 — Sur une montagne, on voit encore quelques ruines d'un ancien château fort qui fut possédé par Biron et qui fut rasé en 1602, après le supplice de l'infortuné maréchal.

Joanne 1869
1869 — Château ruiné.